21.10.2021
[Webinar] Réussir et comprendre la migration des données vers un nouveau CRM
S'inscrire
[Marketing]17.11.2020

Les 3 secrets pour diminuer le bounce email

Léa Iggert Responsable marketing & Partenariats

Si vous menez des campagnes emailing, vous avez alors surement déjà été confronté à la notion de bounce email, peut-être même sans le voir. Entre autres, cela veut dire que votre email n’a pas été délivré. Ce qui est très embêtant quand on pense à tous les efforts fournis pour mettre en place une stratégie emailing digne de ce nom !

Alors que signifie réellement cette notion de bounce email ? Quel est l’impact sur votre réputation ? Et surtout, comment y venir à bout ? C’est parti !

Hard bounce, soft bounce… C’est quoi déjà un bounce email ?

Souvenez-vous en, nous vous avions déjà livré nos secrets pour éviter d’être signalé en spam dans cet article ici. Aujourd’hui, on va parler encore d’un autre problème assez récurrent en emailing, c’est le bounce email. Et oui, encore une notion à laquelle il faut faire attention si vous souhaitez améliorer votre délivrabilité. Qui a dit que l’emailing était facile ?

Pour faire simple, un bounce email est un email qui n’a pas pu être délivré à votre destinataire et qui vous est donc retourné. Traduit mot pour mot, votre email « rebondit » (tradution de « bounce ») et revient vers vous par le biais d’un message d’erreur. C’est un peu comme les « NPAI » (n’habite pas à l’adresse indiquée) pour les livraisons postales. On identifie deux types de bounces :

Les « soft bounce »

Ils correspondent à un refus temporaire du message par le serveur du destinataire. Cela peut-être dû à une messagerie pleine, à un message trop volumineux, un serveur en arrêt ou encore à un filtre mis en place par le destinataire… Votre destinataire n’a donc pas pu recevoir votre email. Mais bonne nouvelle, cela veut dire que l’adresse email du contact existe bien et est valide. Les soft bounce se résolvent, pour la plupart du temps, tous seuls.

Les « hard bounce »

Ils correspondent, quant à eux, à un refus permanent. Votre message est rejeté définitivement. Cela peut arriver suite à une adresse email invalide ou encore à un refus du message par votre destinataire. A ce stade, nul besoin de tenter de renvoyer un emailing par la suite, il ne sera pas délivré. Vous devez supprimer l’adresse de votre base de données.

Ces notions sont un peu complexes mais elles sont très importantes. Le bounce email peut avoir des conséquences graves sur votre délivrabilité. Les serveurs de réception des messageries surveillent votre « taux de bounce ». Si celui-ci est trop élevé, ils peuvent vous placer sur liste noire et donc ne plus délivrer vos emailing.

Ne pas confondre le bounce email avec le taux de spam. Le taux de SPAM correspond aux emails qui ont directement atterri dans la catégorie « SPAM » de vos destinataires. Mais l’email a bien été envoyé contrairement au taux de rebond (ou bounce email).

Faites de votre première campagne emailing une réussite

Votre base de données est directement accessible, ce qui vous permet de créer des listes d’envois précises grâce aux informations commerciales et / ou de gestion.
Après chaque envoi d’emailing, vous retrouvez les statistiques de votre campagne (taux de lecture, taux de clic, désinscriptions….).

Comment éviter le bounce email ?

Conserver une base de données propre

Il faut régulièrement nettoyer votre base de données afin que celle-ci soit toujours – la plus à jour possible. En commençant par les adresses emails en hard bounce. Elles doivent toutes être supprimées de vos listes de diffusion afin d’améliorer vos prochaines campagnes.

Si vous utilisez un outil d’emailing, il est possible que le logiciel désactive automatiquement les emails en hard bounce (c’est le cas de Koban ! à vérifier). Mais il est utile de vérifier avec votre éditeur en amont.

Vous pouvez aussi nettoyer votre base de données grâce aux différents retours suite à l’envoi d’un emailing. Vous savez, ces fameux mails automatiques « J’ai quitté la société vers de nouvelles aventures », « Cette adresse email n’est plus active ». Si certains de ces nombreux retours peuvent alourdir votre boite email, ils sont en réalité très précieux ! Prenez le temps de retranscrire ces informations dans votre CRM (ou dans vos listes de diffusion ou dans votre fichier Excel). Supprimer les adresses emails qui n’existent plus, remplacer celles qui ont changé, ajouter des nouvelles.. C’est ce travail (certes chronophage, on vous l’accorde) mais qui va payer pour vos futurs envois. C’est à vrai dire, le secret le plus important pour éviter le bounce email.

Mettre en place une procédure opt-in (voire de double opt-in)

Oui, on n’arrête pas de vous le répéter mais le consentement est la base même d’une stratégie digitale efficace, pertinente et qui rapporte. Pour ceux qui ne le savent pas encore, la notion d’opt-in est le fait de demander le consentement des destinataires pour recevoir vos emailings. Autrement dit, si il ne donne pas son consentement, il ne fera pas partie de votre liste de diffusion.

Construire une liste de diffusion basée sur le consentement vous assure, dans un premier temps, une base de données propre et qualitative. Oubliez toutes les adresses yopmail et autres qui pourrissent vos résultats et augmentent les chances de bounce email. Bien entendu, c’est à vous d’entretenir cette liste en la nettoyant au besoin au fil du temps. Vous n’éviterez pas quelques soft bounces mais limiterez les hard bounces en ayant des emails qualitatifs.

Le double opt-in est le fait de non seulement demander le consentement mais également d’envoyer un email de confirmation à la personne afin qu’elle confirme son consentement. Bien que lourde à traiter pour le destinataire, cette stratégie s’avère être la plus efficace pour maintenir une base de données propre et à jour. Pour information, le logiciel Koban vous permet de gérer une stratégie de double opt-in automatique.

⚠️ Ceci va sans dire, il est exclu d’acheter ou de louer une base de données. Bien que rapide et facile, vous ne pouvez pas compter sur la qualité des adresses emails dans ces bases. Autrement dit, vous aller récolter de nombreux bounce emails et détériorer – fortement –votre réputation d’expéditeur.

Respecter les bonnes pratiques pour éviter de tomber en SPAM

Même si les deux notions sont différentes, elles sont étroitement liées. Comme on vous l’a expliqué plus haut, les soft bounces peuvent être en réalité être liés à un filtre lié à la messagerie de votre destinataire. Ces filtres sont souvent des filtres anti-spams. Il faut alors vous assurer au maximum que votre email respecte les bonnes pratiques en matière de spam.

On peut en citer énormément : respecter le ratio texte / image, authentifier votre serveur (paramétrage SPF et DKIM), mettre un texte de substitution sur vos images, mettre un message au format texte…. Chez Koban, nous prenons le temps de vous expliquer toutes ces bonnes pratiques lors des formations emailing.

Sachez aussi que les destinataires eux-mêmes peuvent vous signaler en tant que SPAM, même si votre message est arrivé dans la boîte de réception. Il va sans dire que ce signalement est très mauvais pour votre réputation et risque d’augmenter vos chances de finir en SPAM pour vos futurs emailings. Nous avons recensé 5 moyens pour éviter de vous faire signaler dans cet article.

On espère que cet article vous aidera à améliorer la performance de vos futures campagnes emailings. Toutefois, il faut savoir qu’il est « normal » d’avoir quelques bounce emails lors d’un envoi. Surtout quand votre volume d’envoi est conséquent. Alors pas de raisons de s’inquiéter dès le premier retour.

Vous n’avez pas encore d’outil pour vous accompagner dans votre stratégie digitale ? Koban est un outil 100% français qui vous permet de gérer toute votre relation client : du commerce, de la facturation et du marketing ! N’hésitez pas à demander une démonstration pour en savoir plus et un membre de l’équipe prendra contact avec vous pour échanger sur vos besoins.

Ces articles peuvent vous intéresser

Voir tous les articles